Ma princesse poupette

Et voilà, il y a quelques jours nous avons fêté tes quatre ans. Déjà ! Je me revois encore partir à la maternité cet après-midi là, seule pour vivre mon déclenchement imprévu. J’étais effrayée et excitée à l’idée de découvrir ce nouveau bébé dans son intégralité. J’étais effrayée et excitée à l’idée de ne pas savoir combien de temps tout ceci allait durer.
Et plusieurs heures plus tard, alors que pour la première fois, en trois accouchements, j’ai pleuré de douleur. J’ai eu si peur lorsque le maïeuticien m’a expliqué qu’il allait « retourner manuellement » le bébé afin qu’il puisse sortir facilement. Et finalement, la surprise lorsque j’ai senti malgré la péridurale cet enfant faire toboggan dans mon bassin et commencer à sortir seul alors que François (le maïeuticien) commençait seulement à se préparer. Cette naissance ultra rapide, sans que j’ai besoin de pousser a été une vraie surprise.

Et découvrir notre première fille, nous étions ravis, le papa a été immédiatement très fier de sa toute nouvelle princesse, joli surnom qu’elle a reçu dès sa naissance. Elle a passé le reste de sa première nuit dans les bras de son papa qui je pense a vécu une nuit épouvantable mi-assis mi-allongé sur le fauteuil absolument inconfortable de la maternité.
Vivre plusieurs semaines dans la difficulté, des heures très sombres pour moi avec un baby blues qui n’en finissait pas.
Passé cette fausse dépression, il y a eu les nuits, les nuits debout parce que la demoiselle n’a fait des nuits complètes qu’à partir de 17,5 mois. Presque un an et demi carrément interminable, pourtant je ne savais pas que je vivrais pire plus tard… Une année et demie à entendre que c’était de ma faute, que je ne savais pas m’occuper de ma fille correctement, que chez les autres ça ne se passerait pas comme ça.
J’ai donc bien expérimenté la bonne grosse culpabilité qui te pourrit l’existance !

Et puis, elle a changé, s’est apaisée, est devenue une grande sœur et une petite fille de plus en plus gentille et jolie. Aujourd’hui, je peux le dire sans culpabilité, je suis extrêmement fière de ma grande fille, de son caractère entier qu’elle ne tient pas de moi ! Je suis fière de ses rebellions, de ses soupirs lorsqu’on lui refuse un « dessin allumé ». Je suis fière quand je la vois lever les yeux aux ciel pour manifester son désaccord, quand on l’entend murmurer « c’est nul ».

Ma grande fille, la plus discrète au milieu des trois autres qui ont des personnalités si prenantes. Toi qui aujourd’hui t’effaces à côté de tes frères et ta soeur, et pourtant qui apprécie tant les moments que nous te consacrons. Comme ce petit déjeuner en tête à tête avec ton papa prit cet hiver et dont tu nous parles encore si souvent, ou encore le temps entre filles pour te faire percer les oreilles et la gaufre mangée toutes les deux. Tu es indépendante, et pour autant tu as besoin de notre regard bienveillant, nos compliments pour t’épanouir. Et quand tu me dis « tu es magnifique maman, encore PIUS que mon grand lit » je sais que pour toi c’est une déclaration d’amour profonde.

Alors, nous avons voulu organiser un anniversaire un peu hors du commun, sur le thème des licornes pour mettre de la magie dans ta jolie vie. Ma grande fille jolie, tu as profondément changé nos vies nous t’aimons tendrement ma grande Poupe.

Très bon anniversaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s