Ce(ux) qu’on laisse et ce qu’on trouve

Bonjour bonjour,

Je suis pas mal dans le thème « déménagement » et je me suis demandée ce qui allait le plus me manquer à Toulon, et à l’inverse ce qui allait être « mieux » en Normandie. Parce que même si nous sommes bien dans notre quartier nous savions que notre vie toulonnaise serait momentanée.

Je vais commencer par notre maison, cette maison a une âme, elle date des années 1930 et je m’y sens bien, j’aime les vieilles pierres et mon mari aussi d’ailleurs, depuis toujours donc cette maison pour nous c’est un bonheur ! Nous avons vécu des moments magiques ici, les naissances de nos deux derniers petits garçons, dans nos chambres, oui nous avons occupé trois chambres sur les quatre, et ça j’avoue ce sont des souvenirs extraordinaires !
Cette maison a une terrasse que j’aime, sur laquelle je me sens bien avec la balustrade blanche, majestueuse. Nous avons la joie ou même le privilège d’avoir une glycine magnifique qui fleurit chaque année aux alentours du 20 mars ce qui me permet d’en profiter dès le premier jour du printemps.
Bon, puis je ne vais pas mentir, l’été débute relativement tôt à Toulon, même si cette année ce n’est pas forcément vrai… Ici la chaleur est présente, elle fait partie du paysage et pour être très honnête j’aime sincèrement la grosse chaleur ! je suis une vraie frileuse et j’apprécie me balader avec le moins de tissus possible sur moi.

Pour la première fois depuis mon adolescence je me suis sentie chez moi, vraiment intégrée, ici à chaque fois que je sors dans mon quartier je sais que je vais rencontrer quelqu’un que je connais. Et c’est quelque chose qui me plaît. Ici nous connaissons du monde, et plus encore, ici nous avons tissé de vrais liens avec les gens qui nous entourent. Tous nos proches ont été si présents pour nous dans les moments compliqués comme notamment la dernière mission de mon petit mari. Cela dit, il n’y a pas que des moments compliqués et nous avons ici fait baptiser notre quatrième et notre petit dernier dans la joie. D’ailleurs, nous savons déjà que nous allons pleurer en partant. Cela dit, nous viendrons sûrement en vacances car il est hors de question pour nous de ne plus voir nos amis.

Pour autant, la vie à Toulon n’est pas « simple », en réalité ici tout est compliqué pour ce qui concerne les enfants. Pour donner un exemple les inscriptions à la cantine et au périscolaire pour le mois de septembre devaient être faites avant le 26 avril si nous voulions qu’ils aient la cantine dès le jour de la rentrée, de plus, pour que nos enfants puissent aller à la cantine il est obligatoire que les deux parents travaillent. Initialement j’aurais dû reprendre le travail fin août, jamais mon travail ne m’aurait donné une attestation de reprise dès le mois d’avril pour un retour en août. Donc je n’aurais pas eu d’autre choix que poser une semaine de « vacances » pour gérer la reprise. Et non, mon mari n’aurait pas pu le faire lui car le planning d’un sous-marin ne peut pas s’adapter à la vie de famille, c’est comme ça. Et j’avoue que pour nous qui arrivions de Brest où tout est facile pour les écoles, centres aérés etc c’est une vraie plaie !

Alors justement, à Cherbourg nous ne connaissons presque personne pour le moment, nous n’y sommes pas attendus. La maison que nous allons occuper est récente, d’extérieur elle est même moche pour être sincère. Pour couronner le tout elle est petite, mais nous y serons bien, parce que notre vie est comme ça et que l’on doit s’accommoder de tout. Ici, les inscriptions à l’école sont simples, la cantine aussi d’ailleurs. En réalité tout est simple.

Notre quartier est rempli d’espaces verts vraiment verts, le centre ville de Cherbourg est agréable. Ici il y a des « boîtes à livres » un peu partout, devant chez nous, dans les centres commerciaux, dans la rue et je trouve ça super cool. Les enfants peuvent faire du vélo devant la maison aisément. Nous allons facilement à la mer sans nous dire que traverser la ville va être long, les bouchons etc… Les marées plaisent vraiment aux enfants aussi, se faire surprendre par la mer qui détruit les châteaux de sables et autres œuvres éphémères. Quel bonheur.

Il y a des choses plus difficiles pour moi, que je n’avais pas prévu. Le côté psychologique de ce départ. J’en parlerai peut-être un autre jour, dans quelques mois. Le temps d’avoir des réponses ou d’accepter le changement.

Voilà, le bilan est positif pour nous, ce changement de région était bénéfique, ce n’est pas un changement de vie. Notre vie continue.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s